Catégorie : Appels

Samedi 28: manifestation pour exiger le retrait de la loi « Sécurité globale »

Le collectif Danger Loi Sécurité Globale Montpellier dénonce cette loi qui restreint gravement les libertés publiques, le droit à la vie privée et à l’information, une loi qui généralise la surveillance de la population, empêche toute dénonciation de dérives et violences policières et ouvre la porte aux polices privées armées.

Il appelle à une manifestation SAMEDI 28 NOVEMBRE à 11 heures

Départ: PARVIS DE LA MAIRIE DE MONTPELLIER

1, place Georges Frêche
Tramway 1 et 3 arrêt Moularès Hôtel de ville
Tramway 4 arrêt Georges Frêche – Hôtel de Ville
Coord. GPS : 43°35’52″N, 3°52’39″E

La manifestation est déclarée et autorisée. Le tract d’appel à la manifestation comporte au verso une attestation de déplacement dérogatoire à remplir.

2022 (vraiment) en commun

Appel des 1000 pour une candidature commune écologique sociale et démocratique en 2022

La fin de l’été a été rythmée par les journées et universités des différents partis de gauche et du pôle écologiste. Si tous ont voulu donner des signes d’ouverture, il est clair qu’il manque d’un travail commun pour définir un projet alternatif à celui du gouvernement, la plupart des appareils politiques se focalisant sur son éventuel présidentiable et ayant la prétention de rassembler autour de celui-ci.

Nous refusons de nous résigner à cette situation.

Depuis plusieurs mois déjà, de nombreuses initiatives travaillent à faire tomber les murs. Choisissant de placer les identités partisanes ou organisationnelles au second plan, elles ont commencé à esquisser un arc écologiste, social, et humaniste. Les organisations de jeunesse politique se sont fédérées dans le cadre du mouvement Résilience Commune, des organisations de jeunesse de la société civile (activistes et entrepreneurs) se sont coalisées et se sont données rendez-vous pour la Rencontre des Justices et toutes ces différentes composantes aujourd’hui dialoguent. Dans ces discussions, il est question de la double urgence climatique et sociale et de la préservation des conditions de vie sur terre. Il est question de l’abyssale crise économique et sociale qui se profile en cette rentrée, préparée par des décennies de politiques néolibérales. Et il est question de se saisir des prochaines échéances politiques pour conjurer cette perspective mortifère.
 
Un constat commun s’impose : la dégradation de notre écosystème, la défiance envers nos institutions et la crise économique et sociale s’accélèrent… Il est dès lors urgent de construire une alternative politique heureuse pour notre pays, l’urgence d’une victoire pour nos engagements – celui de l’écologie, de l’égalité et de la démocratie réelle. Nous nous opposons résolument au néolibéralisme, au capitalisme, au productivisme, au patriarcat, au présidentialisme, à tous les racismes et à toutes les discriminations et exclusions. Nous faisons du féminisme, de l’antiracisme, de l’écologie, de la lutte contre les écocides, de la défense des droits et des nouvelles formes démocratiques à mettre en place, des outils pour construire un nouvel imaginaire politique, structuré par des coopérations et déconstruisant les dominations. C’est d’un nouveau régime relationnel dont il est question, qui transformerait notre relation à l’autre, au vivant, à nos territoires, plaçant la solidarité et la coopération au centre là où le néolibéralisme avait fait triompher la concurrence, l’oppression et l’exploitation. Il nous faut imaginer ce que serait une République écologique, sociale et démocratique et comment cette dernière pourrait se concrétiser dans un socle commun de propositions, dans une plate-forme commune, en tenant compte des initiatives prises par des collectifs qui anticipent, par leurs pratiques démocratiques, la société à venir. En particulier, nous avons besoin d’un changement radical de la politique économique et sociale, d’un nouveau partage des richesses, qui serait permis notamment par une fiscalité plus juste, d’un partage du travail et d’une réduction du temps que nous y passons.
 
Nous vivons une décennie critique où les enjeux se déterminent à l’échelle planétaire. La question d’une alternative humaniste à la barbarie sera de plus en plus importante. La France doit œuvrer à une refonte des relations internationales et à une transformation de l’Union européenne pour relever ces défis.
 
Mais nous ne parviendrons pas à gagner si nous ne parvenons pas à nous unir. Il n’est pas ici question d’union pour l’union, d’unité sans principes autour d’une orientation gommant les diversités. Encore moins de mettre sous le tapis nos différences et désaccords. Il est question de lier nos luttes et de coordonner nos stratégies, de se fédérer en demeurant nous-mêmes.
 
Partout, au-delà des rangs de la jeunesse, des dialogues se sont noués. Entre organisations de la société civile: associations, syndicats, fondations, médias libres, collectifs, pétitions, coalitions et entreprises sociales ou écologiques. Entre partis politiques aussi quelquefois. Souvent néanmoins, les enjeux tactiques à plus court terme, le temps nécessaire à l’exercice de la démocratie interne aux partis et organisations, les volontés d’hégémonie, ont pris le dessus et ralenti la construction du commun. Les élections présidentielles et les législatives de 2022 représentent une échéance vitale pour notre avenir avec un double risque : celui de la poursuite et de l’amplification des politiques actuelles ou passées, celui de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite. Conjurer ces risques suppose de s’engager résolument dans la construction d’une perspective de rassemblement de la gauche, de l’écologie politique et des citoyens et citoyennes mobilisé.es, sur un projet et un contrat de législature permettant d’engager une transformation écologique, sociale et démocratique. C’est pourquoi, nous lançons un appel à l’ensemble des citoyennes et citoyens qui se reconnaissent dans cette ambition de porter au pouvoir en 2022, face au néolibéralisme, une alternative écologique, sociale et démocratique, en promouvant une démarche et une candidature commune à l’élection présidentielle dans une démarche transparente et démocratique. Dans cette perspective, nous participerons à toutes les initiatives de mobilisations sociales et citoyennes allant dans le sens du rassemblement des forces pour la transformation écologique, sociale et démocratique, et appelons à rejoindre toutes les initiatives de dialogue et de construction de convergence. Nous co-organiserons un grand rendez-vous début 2021.

LE PRINTEMPS HERAULTAIS

LE PRINTEMPS HERAULTAIS
POUR UN DEPARTEMENT SOLIDAIRE, VERT ET DEMOCRATIQUE

Texte à télécharger ici.
Notre société traverse depuis des décennies une triple crise : démocratique, sociale et écologique, et les choses s’accélèrent. Les symptômes sont multiples : perte de confiance dans les élus, abstentionnisme, montée de l’extrême droite, explosion de la précarité, de la pauvreté et du chômage, pollution, réchauffement climatique, disparition d’espèces animales, alternances de périodes de sécheresse et d’inondation… La dure et longue séquence que nous vivons avec l’épidémie de Coronavirus a malheureusement mis en évidence les failles de ce système fondé sur le profit, l’austérité, le libre-échange, la marchandisation de nos biens communs, la casse de nos services publics.
Pour répondre à ces crises, nous devons reprendre en main notre destin, à toutes les échelles !
Y compris au niveau du Département de l’Hérault. Nous devons réaffirmer l’impérieuse nécessité d’un pilotage citoyen des institutions. C’est pourquoi, nous lançons un appel pour un sursaut démocratique.
Notre objectif est clair : remettre le Département au service de tous les héraultais et toutes les héraultaises, à votre service, pour améliorer votre quotidien et redonner espoir en l’avenir. A l’occasion des prochaines élections départementales, dans chacun des 25 cantons, nous défendrons un projet fondé sur des valeurs humanistes, écologistes, populaires et solidaires. Un projet ancré dans la réalité. Un projet qui prend en compte vos préoccupations quotidiennes pour y apporter des réponses concrètes.


POUR UN RENOUVEAU DÉMOCRATIQUE
Parce que la démocratie départementale ne doit pas se résumer à mettre un bulletin dans une urne tous les 6 ans, nous nous appliquerons le mandat révocable. Nous mettrons en oeuvre le référendum local d’initiative citoyenne.
Nous créerons une Assemblée Citoyenne Départementale, tirée au sort, qui aura pour mission de faire des propositions, de donner un avis motivé sur le budget, sur les grands projets départementaux et d’intervenir lors des assemblées plénières du Conseil Départemental.


POUR LA SANTÉ DE TOUS
Parce que tout le monde doit avoir accès aux soins, nous créerons un centre départemental de santé. Grâce à ce nouveau service public de santé, des médecins salariés par le Département seront déployés dans les territoires victimes de la désertification médicale.

POUR L’AVENIR DE NOS ENFANTS
Nous investirons massivement dans les collèges pour en faire des lieux d’épanouissement. La restauration scolaire y redeviendra à taille humaine : finies les unités de production culinaire démesurées ! Ce sera le retour des cantines de proximité, alimentées en circuit court et à terme en 100 % bio avec des tarifications sociales commençant par la gratuité pour les plus fragiles.

POUR LA DIGNITÉ DE NOS AÎNÉS
Le bien-être de nos ancien.ne.s sera une de nos priorités. Nous faciliterons le maintien à domicile dans de bonnes conditions. Nous mettrons plus de moyens pour les maisons de retraite, pour un accueil digne et respectueux de nos aînés, sans que l’aspect financier ne soit un obstacle.

POUR DES SOLIDARITÉS RENOUVELÉES
Nous donnerons les moyens aux services départementaux d’agir en faveur des publics fragiles : revenu de solidarité active, allocation personnalisée d’autonomie, protection maternelle et infantile, lutte contre les féminicides, contre les violences faites aux femmes, aide aux personnes handicapées… dans le respect de la dignité de tous. Parce que la force d’un collectif se mesure à l’attention portée aux plus fragiles d’entre nous.

POUR LA RECONQUÊTE AGRICOLE
Nous engagerons une véritable reconquête agricole, par une politique ambitieuse d’acquisition foncière. Les terres ainsi acquises seront mises à disposition de jeunes paysan.ne.s, pour renouer avec une production vivrière locale, respectueuse de l’environnement, leur permettant de vivre dignement. Nous accompagnerons massivement les filières dans leurs efforts pour l’abandon des
produits phytosanitaires.

POUR UN ACCÈS FACILITÉ AU LOGEMENT
Nous doublerons les investissements alloués à la création de logement pour que chacun, selon ses moyens, puisse se loger décemment. Nous agirons également contre la précarité énergétique (aide à l’isolation des logements) et pour la production d’énergies thermiques et électrique à partir des énergies renouvelables.

POUR UNE CULTURE POPULAIRE PARTAGÉE
Nous militerons pour une culture accessible à tous, au plus près des territoires. La culture ne doit pas être réservée à une élite restreinte, elle doit au contraire réinvestir chaque ville et village, dans les salles des fêtes, les maisons du peuple… avec une large part donnée aux initiatives des associations et des artistes locaux. Nous serons solidaires des artistes et de leurs créations, très fragilisés par la pandémie.

POUR UN RÉÉQUILIBRAGE ET UNE COOPÉRATION DES TERRITOIRES
Nous soutiendrons les communes et les intercommunalités, notamment en milieu rural. Ce soutien s’exercera dans le cadre d’une politique d’accompagnement claire, en rupture avec toute forme de clientélisme qui décrédibilise l’action publique et accentue les inégalités. Une attention toute particulière sera portée aux problématiques de l’eau et de l’assainissement (qualité de laressource, rénovation des réseaux, ingénierie pour le retour en régie publique…).

POUR UN DÉPARTEMENT PLUS HUMBLE
Et parce que tout cela ne pourra se concrétiser sans une transformation radicale du fonctionnement de l’institution, nous construirons un Département à la fois plus proche et plus efficace. Une des premières mesures sera de réduire significativement le train de vie en passant au crible les frais de représentation, communication, relations publiques… Chaque euro départemental doit être un euro utile à la justice sociale, à la transition écologique. Chaque euro doit être à votre service !

Tel est le sens de notre engagement, pour le bien commun, pour vous,avec vous, pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain !

Ensemble pour un Département solidaire, vert et démocratique !